ARTICLES

Non classé

Comment j’ai passé un savon à mon organisation

Ce fût une bonne journée.
Rien ne s’est passé comme prévu.

Une nuit écourtée par le miaulement d’un chat affamé qui n’a toujours pas compris le principe de « grasse matinée ». Un atelier programmé qui s’annule faute de participants. Une commande de dernière minute qui réclame mon attention… J’ai l’impression que mon organisation s’octroie des congés payés. Je n’ai plus qu’à prendre mon planning, le rouler en boule et l’envoyer valser dans la cheminée.

Tandis que je buvais ma tasse de thé, j’ai commencé à pester contre le chat, les chaussettes orphelines, le déjeuner à préparer (suis-je la seule à avoir l’impression de passer mes semaines à cuisiner depuis le premier confinement ?), le manque de visibilité de Peau de Coton. J’ai alors réalisé que cette semaine, beaucoup de choses ne s’étaient pas passées comme prévu en fait.

Etre prise à défaut sur mon organisation me paraît terrible. Une faute inavouable. Un entrepreneur n’est-il pas un modèle d’organisation? N’est-ce pas là une qualité requise, évidente, innée même ? Suis-je à la hauteur de mon projet ? Existe-t-il un moyen, un livre, une application peut-être pour remédier à cela ?
Alors quoi ? Que faire ? Par où commencer cette journée ? Comment remettre d’aplomb ce qui est chamboulé alors que la motivation a déserté l’horizon ? Il n’est que 7h15 à ce moment là – la journée va être longue !

Et puis le reste de la maisonnée s’éveille. Fini le tête à tête épuisant avec moi-même. Je sens le doux frôlement du chat contre mes jambes, comme pour me dire merci. Ma princesse se glisse sur mes genoux, encore ensommeillée, réclamant un câlin.

Je glisse un « et si on faisait des savons aujourd’hui ? ».
Oui voilà, on va faire des savons. On va mettre des couleurs, des parfums, des formes. On les offrira et on s’en gardera un ou deux pour nous. C’est le pouvoir du fait-maison ! Il réanime chez moi la petite flamme de l’estime de soi. Il me met en action. Il bloque mes pensées parasites.

Au final, je n’ai pas fait que des savons aujourd’hui. J’ai pris un café avec ma mère, fait une grande balade entre filles, travailler un peu ma communication et organiser la semaine à venir (ses vacances ne devaient pas être si bien que ça)… Maintenant je suis fatiguée. Je sais que ces pensées reviendront. Ou d’autres encore. Mais j’ai posé ça là. Une ancre pour me rappeler que rien ne se passe jamais comme prévu.

Je me souviens d’une phrase qu’a prononcé mon mari au terme de notre périple irlandais pas si lointain :  » Ce que j’ai aimé le plus dans ce pays, c’est me perdre ». C’est peut-être ça aussi la vie, l’entrepreneuriat : se perdre parfois et savoir apprécier ça.

Ce fût une bonne journée. Une bonne semaine aussi.
Rien ne s’est passé comme prévu et c’est OK.

Article

Qui suis-je ?

© Jér’ૐ.S. photographie

Depuis de nombreuses années, j’ai à cœur le fait-maison (il faut dire que j’ai baigné dedans). Mais c’est depuis la naissance de ma fille que j’ai opéré le grand changement. A la recherche du meilleur pour la santé des êtres qui me sont chers et la planète, j’ai découvert le zéro déchet, le minimalisme et l’alimentation bio. Au cours de recherches, de lectures et surtout de rencontres, je me suis aperçue que si mon alimentation et mes produits nettoyants étaient sains, il n’en allait pas de même pour mes cosmétiques et surtout les crèmes dont je tartinais ma fille qui souffre malheureusement, comme moi, d’une peau atopique.

Après avoir écumé les blogs et les livres de recettes (parfois farfelus) de cosmétiques maison, je me suis aperçu de la complexité et des risques que je pouvais prendre pour notre santé. Une seule solution : me former !

Aujourd’hui, après avoir obtenu une certification Bio-Expert auprès d’un organisme reconnu (Laboratoire MH), je suis en mesure de prendre soin de moi et des miens de façon naturelle, saine et surtout sans risque.

Parallèlement, mes aspirations professionnelles ont changé. J’ai souhaité concilier mes valeurs personnelles que sont le naturel, le fait-main et le partage avec ma vie professionnelle. C’est pourquoi je suis devenue animatrice d’ateliers cosmétiques. Je suis aujourd’hui heureuse de pouvoir m’épanouir personnellement et professionnellement, de pouvoir partager mes connaissances, d’échanger avec mes clientes, de les accompagner et les conseiller.

Article

Plutôt sérum ou crème ?

Un sérum, késako ?

C’est un concentré d’actifs. Un assemblage d’huiles végétales, d’actifs et parfois d’huiles essentielles qui sont sélectionnés en fonction de l’effet recherché.

Un sérum cible une problématique de peau que l’on souhaite améliorer : anti-âge, anti-imperfections, anti-fatigue, raffermissant… Il pourra également être utilisé comme hydratant – on parle alors d’oléogel – en ajoutant un ingrédient aqueux comme l’aloé vera.

Le sérum est utilisé pour répondre aux besoins de la peau à un moment donné. Et contrairement aux idées reçues, il pourra être utilisé par tous les types de peaux : sèche, mixte, grasse, mature… Tout dépendra des huiles sélectionnées.

En fonction du dosage des actifs, il sera utilisé au quotidien ou en cure (période d’utilisation de 3 semaines maximum) afin d’éviter un surdosage qui aurait l’effet inverse de celui recherché (allergie, brûlure, asthme…).

Vous l’aurez compris, ce qui fait la qualité d’un sérum sont :

  • le choix d’huiles végétales vierges bio et d’actifs naturels de qualité,
  • le bon dosage des ingrédients (on ne s’improvise pas chimiste, naturel ne signifiant pas sans danger),
  • son adéquation avec votre type de peau et ses spécificités (vous n’avez pas forcément la même peau que votre cousine).

Et la crème alors ?

Une crème, ou émulsion, est le mélange d’une phase aqueuse et d’une phase huileuse auquel on ajoute des actifs ainsi qu’un émulsifiant pour homogénéiser la préparation.

On distingue les crèmes de jour qui ont pour objectif de protéger la peau des agressions extérieures en journée (soleil, vent, pollution, climatisation, froid) et les crèmes de nuit qui aide à la régénération de la peau qui a lieu pendant le sommeil. Dans les deux cas, elles apportent l’hydratation nécessaire à la peau.
Leur texture sera également différente en fonction des besoins de votre peau : légère et surtout hydratante pour les peaux grasses, riche et nourrissante pour les peaux sèches.

La quantité d’actifs présent dans une crème sera moins importante que dans un sérum. Mais son usage n’est pas le même. Tandis que le sérum va booster votre peau, une crème va l’hydrater, la protéger et l’aider à se régénérer.

Si votre peau ne souffre pas de déshydratation, et si le sérum est complet, il peut se suffire à lui-même. Toutefois, pour compléter l’action de ce dernier et par confort, certaines préféreront l’associer à une crème jour ou de nuit. Vous pouvez alors soit appliquer votre sérum puis votre crème, ou ajouter directement quelques gouttes du sérum dans la crème pour l’enrichir.

Faire le choix de l’un et/ou l’autre, c’est une question de confort et de plaisir avant tout.


Comment les utiliser ?

Avant toute première utilisation, il faut tester le produit dans le pli du coude et attendre 48h pour être sûr de ne pas faire de réaction au produit.

Sérum et crème s’appliquent matin et/ou soir, sur une peau démaquillée (même si on ne se maquille pas) et nettoyée afin d’ôter toutes les impuretés. On masse délicatement le visage en remontant du cou vers le haut du visage.


Pourquoi faire son sérum et sa crème soi-même ?

En plus d’être valorisant, c’est aussi très instructif et rassurant de connaître les propriétés de chaque ingrédient et la composition exacte de son produit cosmétique.

Vous ajustez votre recette et vos quantités en fonction des besoins du moment de votre peau.

En ayant un produit sur-mesure vous limitez votre consommation, c’est bon pour votre porte-monnaie et pour la planète.